Catherine Poulain, lauréate 2017 du 8ème Prix du roman d’entreprise et du travail

Catherine Poulain, lauréate 2017 du 8ème Prix du roman d’entreprise et du travail pour Le grand marin (Editions de l’Olivier)

Le jeudi 16 mars 2017, Catherine POULAIN est devenue avec son roman « Le grand marin » (Editions de l’Olivier), la lauréate de la huitième édition du Prix du Roman d’Entreprise et du Travail, remis par Mme Myriam El Khomri, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social et co-organisé par Place de la Médiation (conceptrice du Prix), Technologia, le Cercle des DRH européens et l’UMC.

Après avoir récompensé en 2016, « Avec vue sous la mer » de slimane Kader, la mer et les bateaux restent à l’honneur cette année puisque Le grand marin raconte l’histoire de Lili Colt, une jeune femme arrive à Kodiak, un port de l'Alaska pour réaliser son rêve : s'embarquer sur un de ces bateaux qui partent pêcher au loin. Lili est une runaway qui a fui jadis le confort d'une famille française pour « faire la route ». Pour elle, le choc est brutal. Il lui faut dormir à même le pont dans le froid insupportable, l'humidité permanente et le sel qui ronge la peau, la fatigue, les blessures... Elle est aussi la seule femme au milieu de ces hommes rudes, au verbe rare et au geste précis, qui finiront par l'adopter. A terre, Lili partage la vie des marins -les bars, les clubs de strip-tease, les motels miteux. Quand elle tombe amoureuse du " Grand marin ", elle sait qu'il lui faudra choisir entre sa propre liberté et son attirance pour cet homme dont la fragilité la bouleverse…

Pour le jury du Prix du roman d’entreprise et du travail qui réunit une quinzaine de personnalités spécialistes du travail et des questions sociales (syndicalistes, DRH, sociologues, avocats, inspecteurs du travail, journalistes sociaux…), Le grand marin est un roman sur le travail qui allie des qualités littéraires rares à une description minutieuse de la réalité d’un métier. De plus, il est écrit comme un témoignage de l’intérieur d’une expérience de femme travaillant dans un milieu d’hommes. « Après avoir lu ce roman, on ne plus peut négocier dans une entreprise un accord sur l’égalité entre les femmes et les hommes de la même manière » s’est même écrié l’un des membres du jury lors des débats précédant le vote. Entre Jack London et Marguerite Duras, Catherine Poulain fait entendre une voix unique dans le paysage littéraire français, avec ce magnifique premier roman qu'on devine très autobiographique.

Les lauréats des précédents Prix du Roman d’Entreprise et du Travail :

2010 : Delphine De Vigan, « Les Heures souterraines » (Editions Jean-Claude Lattès) ; 2011 : Laurent Gounelle, « Dieu voyage toujours incognito » (Editions Anne Carrière) ; 2012 : Jeanne Benameur, « Les insurrections singulières » (Editions Actes sud) ; 2013 : Aude Walker, « Un homme jetable » (Editions du Moteur) ; 2014 : Thomas Coppey, « Potentiel du sinistre » (Editions Actes Sud) ; 2015 : Jean-Paul Didierlaurent, « Le liseur du 6h27 » (Ed. Au Diable Vauvert) ; 2016 : Slimane Kader, « Avec vue sous la mer (Editions Allary).

Prix du Roman d'entreprise et du travail 2017 : la sélection des livres

Hier soir se sont réunis les membres du jury pour découvrir la sélection des ouvrages en compétition pour le du Prix du Roman d’Entreprise et du Travail 2017. Une soirée conviviale riche en débats autour de la littérature et du travail !

Composé de 17 membres représentant les principales organisations syndicales, le monde du droit social et celui de la recherche, le Jury s’est étoffé cette année avec l’arrivée de Yves de Chaisemartin, administrateur du journal Marianne et de Marie-Laurence Bertrand, responsable de la coordination des activités confédérales de la CGT (qui succède à Maryse Dumas, très impliquée dans le prix depuis déjà de nombreuses années).

Le Prix du roman d’entreprise et du travail a été conçu en 2009 par Place de la Médiation. Il est organisé chaque année par Place de la médiation et Technologia. Il récompense un romancier pour ses qualités littéraires et la lucidité de son regard sur le monde du travail. Depuis 2012, le Prix est doté et bénéficie du soutien de la mutuelle UMC et est sponsorisé depuis 2014 par le cercle des DRH européens, représenté par Yves Barou.

Les romans en lice pour le Prix du roman d’entreprise et du travail sont :

Je vais m’y mettre, de Florent Oiseau (Allary Editions)
Brillante, de Stéphanie Dupays (Mercure de France)
Déserteur, de Boris Bergmann (Calmann-Lévy)
Du pin et des larmes, de Philippe Mediavilla (Editions Cairn)
Le grand marin, de Catherine Poulain (Editions de L’Olivier)
Police, de Hugo Boris (Grasset)
Chanson douce, de Leïla Slimani (Gallimard)
Les visages pâles, de Solange Bied-Charreton (Stock)
Le cri, de Thierry Vila (Grasset)
La grande arche, Laurence Cossé (Gallimard)
Désolée, je suis attendue, de Agnès Martin-Lugand (Michel Lafon)
La correction, de Elodie Llorca (Rivages)

fullsizerender